Lecture : La place aux Autres

Sommaire

Dans une Ville qui se rebelle contre ses propres caméras de surveillance, un homme décide de courir nu dans la rue pour redevenir anonyme. Il vit en colocation avec des réfugiés climatiques et un chat roux à la tête noire comme une cagoule : on l’appelle le Sous-Commandant. Soudain une belle inconnue fait irruption dans sa vie et veut savoir combien il y a de petits pois dans la boîte. Un roman politique et social qui jongle avec les mots pour réinventer un quotidien « où tout ce que nous vivrons pourra être retenu contre nous ».

À propos de Philippe Mouche

L’adolescence timide du sujet semble lui promettre une vie calme et raisonnablement ennuyeuse, quand une petite bande d’intrus fait soudain irruption : illustration, BD, science-fiction, écologie et… tennis. Il faut choisir, et c’est l’attirance pour le dessin et les médias qui orientera sa vie professionnelle, puisqu’il en faut bien une. Il fait paraître ses premières illustrations dans la Gueule Ouverte, un journal issu de Charlie-Hebdo, où il s’initie au montage et à la maquette tout en suivant une licence de lettres. En 1981 il entre à Libération, où il reste 10 ans, au jour près. Après avoir commencé comme monteur, il y devient journaliste graphiste, puis infographiste. Par la suite, il travaille pour différents titres (dont Télérama, Ça m’intéresse, Phosphore, Science-et-Vie Junior, Cinélive, La Recherche, Le Monde, le Journal du dimanche). Il rejoint une agence d’infographie, Art Presse, et écrit pour une revue de graphisme, Bloc-Notes. Avec sa compagne et leurs deux garçons, il quitte en 2000 la région parisienne pour Grenoble, où il travaille aujourd’hui comme indépendant pour une dizaine de publications, notamment le mensuel Terre sauvage et sa rubrique Nature à la une. L’esprit de contradiction constituant une puissante motivation, il semble que le poids de l’image, dans son parcours personnel comme dans l’évolution de l’information, ait fait lentement ressurgir l’envie d’écrire. En 2008, il publie chez Gaïa le Complot Gutenberg, un polar parodique dont l’action se situe dans les milieux de la presse et de la télé. La place aux Autres, son deuxième roman, se passe dans une vingtaine d’années et son personnage central est une agglomération d’un million d’habitants. Il y est question de vidéosurveillance, de réfugiés climatiques, d’art contemporain, de tribus urbaines, de partis politiques et d’une boîte de petits pois.

from Pocket http://ift.tt/1RKIGeS
via IFTTT

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s