Lecture : Fordetroit d’Alexandre Friederich

Nouvelle proposition de lecture d’un écrivain suisse avec Fordetroit d’Alexandre Friederich aux Editions Allia. Alexandre Friederich raconte le déclin d’une cité désertée par ses habitants après la crise des “subprimes” en 2008. L’envers du rêve américain dans un roman noir. 

Ce livre est proposé cette fois-ci par BibliObs et Didier Jacob :

Alexandre Friederich, un Suisse qui a étudié la philo à Genève, dit avoir toujours voulu écrire un traité de la disparition. A Detroit, il est servi. Il s’est installé dans une maison bâtie dans les années 1950, à l’époque où la ville incarnait le dynamisme économique le plus insolent avec ses usines automobiles.

D’une façon ou d’une autre, raconte Friederich, tous les mystères de la ville, sa genèse, sa puissance, sa déroute, tiennent à l’aventure fabuleuse de cet homme, Henry Ford. […] A l’été 1903, il rachète un hangar à fiacres et fait livrer son caoutchouc du Congo belge. Il travaille des moteurs, boulonne des châssis, moule des pneus. Cinq ans passent. Un jour d’août, la Ford T, première voiture de série, envahit le monde. Le regard des peuples se tourne vers Détroit.»

La présentation du livre par son éditeur :

La fin d’une époque – les conditions du vrai Témoignages »C’est bien les kilomètres bruts, le fait d’être coupé de son histoire, en lieu inconnu, avec des chiens et un homme qui manipule une lampe, un homme coupé de soi, le fait d’explorer cet abri neuf, dormant peu, ne dormant pas puis dormant dix, douze, quatorze heures, physiquement soustrait, c’est bien ce refuge hors de soi que je viens trouver et les voitures qui filent le long de la John C. Lodge Freeway emportent des parties de mon corps. Dans quelques jours, quand elles auront tout emporté, j’obtiendrai ce que nul n’obtient dans un monde familier : une disparition.

« Autrefois métropole trépidante, Détroit forme aujourd’hui un décor de carton-pâte. Entièrement dévastée, elle répond désormais aux besoins de l’industrie du cinéma, ou bien de photographes néo-romantiques, en arrêt devant ces splendides ruines postindustrielles. Alexandre Friederich a choisi, lui, de pénétrer, par la petite porte, si désertée soit-elle, de s’y installer momentanément, de se laisser absorber par cette ville anthropophage. Détroit lui a inspiré un texte fulgurant, mi-récit d’aventure mi-reportage, forme qui lui permet, insidieusement, d’écrire un véritable roman d’anticipation. Puisque la fin du monde a déjà eu lieu ici, tentons de voir dans cet espace-laboratoire ce qu’il en reste. Quelle forme de vie est encore possible après la faillite d’une cité entière, autrefois théâtre d’’un essor économique sans précédent ? La débrouille à petite échelle, l’autogestion localisée. L’auteur décrit avec humour ces menus bricolages, ces petits potagers, ces traces aussi insignifiantes que significatives d’une vie en devenir. Enfourchant son Roadster (d’occasion), il recherche moins les vestiges du passé que la présence. La fascination pour la ville-­fantôme cède devant celle de ses habitants en chair et en os, âmes égarées, voyous, buveurs, ouvriers, chômeurs et autres éclopés du Henry Ford Hospital. À la grandiloquence des images de dévastation, il préfère la trivialité d’instants ou de conversations volés, sauvés de l’oubli – une mère ébahie devant son enfant, soi-disant précoce, les recommandations littéraires d’un ancien pousse-caddie ou Lee et sa sombre histoire de lapins. Détroit forme une maquette à grande échelle du monde à venir. Ce livre en est la parabole.

book_715_image_cover-2

Source : Editions Allia – Livre – Fordetroit

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s